Focus sur la “Mercedes Vision EQ Silver Arrow”, solitaire nostalgie

Focus sur la “Mercedes Vision EQ Silver Arrow”, solitaire nostalgie

Comme de coutume, le concours d’élégance de Pebble Beach a attiré plusieurs constructeurs pour la présentation de nouveaux concept-cars. L’édition 2018, qui s’est déroulée fin août, a été le cadre de trois premières mondiales, parmi lesquelles la Mercedes-EQ Vision Silver Arrow est la plus spectaculaire.

Daimler nous a habitués aux créations exubérantes. En 2016 et 2017, le prestigieux concours de Pebble Beach, en Californie, a servi de décor à la présentation des Mercedes-Maybach Vision 6 Coupé et Cabriolet. On a aussi pu apprécier les dimensions hors normes de la version cabriolet lors de l’exposition de concept-cars à Paris, aux Invalides, en janvier 2018.

Avec le projet Vision EQ Silver Arrow, Mercedes reste dans la démesure mais change de registre en rendant hommage à une page importante de son glorieux passé sportif, en l’occurrence la période précédant la Seconde Guerre mondiale.

Entre 1934 et 1939, Mercedes-Benz a défendu les couleurs de l’Allemagne non seulement sur le front des grands prix, mais aussi sur  le terrain des records de vitesse pure. Dans les deux disciplines, Auto Union et Mercedes-Benz se sont livrées une lutte sans merci. À cette époque, le prestige de l’Allemagne passait par la mise en valeur de voies de communication modernes et notamment d’un réseau autoroutier unique en Europe. En filigrane, on devinait que les Autobahnen (autoroutes) pouvaient aussi jouer un rôle stratégique et servir le cas échéant de pistes d’atterrissage à l’aviation… Les longues lignes droites sécurisées qui étaient l’apanage des autoroutes furent le théâtre de joutes mémorables entre les deux constructeurs s’employant à battre des records de vitesse.

Cet élan décupla aussi la créativité des constructeurs sur le plan des modèles de série. Mercedes-Benz déclina une variante « Autobahn Kurier » de sa 500 K tandis qu’Adler développait une « Trumpf Reichs-Autobahn-Wagen ».

Dans la recherche de vitesse optimale, Mercedes obtint des résultats époustouflants avec une W125 dotée d’une carrosserie hyper-profilée, monstrueuse, carénée, complètement enveloppante : Rudolf Caracciola atteignit la vitesse moyenne de 432,7 km/h sur l’autoroute A5 reliant Francfort à Darmstadt…

 

C’est cette machine extraordinaire qui a inspiré l’esprit et la lettre de la Vision EQ Silver Arrow exposée à Pebble Beach.

Le but de ce projet est de façonner l’image du département EQ dédié aux modèles électriques de Mercedes et qui vient d’inaugurer son premier modèle commercial, la EQC dévoilée à Stockholm le 4 septembre dernier.

Les volumes de la Silver Arrow renvoient à la monoplace W125 de 1937. Sa peinture gris aluminium rappelle les Flèches d’argent (qui n’étaient pas peintes pour gagner du poids), mais le cockpit recourt aux matériaux traditionnels du luxe avec du cuir brun, de l’aluminium poli et du noyer massif. Le poste de conduite numérique en revanche nous ramène dans le monde contemporain avec son écran panoramique sur lequel est projetée l’image de l’environnement et avec son écran tactile intégré au volant.

Sur ce moyeu, le pilote sélectionne son programme de conduite (Confort, Sport ou Sport+) et règle le son, forcément artificiel puisque la motorisation est électrique ! Il a le choix entre la sonorité de la monoplace de Formule 1 de Lewis Hamilton et celle d’un moteur V8 de Mercedes-AMG… Délicate intention… un brin puérile…

Ce projet indique aussi la direction dans laquelle le design de Daimler, avec Gorden Wagener à sa tête, veut orienter la branche EQ. Comme avec les Maybach crées en 2016 et 2017, le style joue sur tous les excès, avec en premier lieu un encombrement démesuré, soit 5,30 mètres de long pour une habitabilité limitée à… une personne.

Le volume global de la caisse est réalisé en fibre de carbone, tandis que les pièces rapportées comme le spoiler avant et les bas de caisse latéraux sont soulignés par un ruban lumineux.

Les roues comportent 168 branches en aluminium peintes dans une tonalité d’or rose qui veut caractériser les produits EQ.

La Silver Arrow n’est pas une voiture de course, mais elle en quelques attributs, notamment ses pneumatiques, des « slicks » de dimensions gigantesques (255/25 R 24 à l’avant et 305/25 R 26 à l’arrière).

L’équipement aérodynamique bénéficie également de l’expérience sportive. On le constate à l’arrière du côté du diffuseur comportant deux becquets extractibles qui font office de freins aérodynamiques.

La Silver Arrow est animée par une motorisation électrique qui fournit 750 ch. La batterie placée dans le soubassement offre une autonomie théorique de plus de 400 km.

Qui a dit que les voitures électriques cultivaient forcément une image d’austérité ?