GFG STYLE Bandini Dora

GFG STYLE Bandini Dora

Voiture de sport Barchetta à quatre roues motrices entièrement électrique, propulsée par deux moteurs électriques d’un total de 400 Kw sur ses deux essieux, châssis en aluminium Space Frame et carrosserie en fibre de carbone.
Une voiture hédoniste, ouverte, à deux places, conçue pour les loisirs de plein air, quintessence des voitures de sport fabriquées par Bandini dans les années 50.

 

« Aujourd’hui, il est difficile de concevoir une Barchetta sans tenir compte de l’évolution de la voiture en matière de sécurité » – dit Giugiaro – « inspirés par le Halo de la Formule 1, nous avons pensé à créer une voiture qui aurait un pare-brise propre comme autrefois, sans renforts, donc aussi linéaire et léger que possible. Pour répondre à ce besoin, j’ai pensé à une superstructure qui s’intégrerait dans le style avec une fonction structurelle et protectrice accentuée, tant pour le conducteur que pour le passager ».

Un style moderne, long mais unique dans sa forme, compte tenu de la caractéristique des protections/piliers, de très grands phares qui définissent un capot très long, un arceau de sécurité qui devient un spoiler, s’insérant dans les flancs avec un jeu sur les formes pointues et lisses, selon les besoins aérodynamiques.
Pour les Giugiaros, c’est la Barchetta de 2020.

 

Le Design extérieur
La ligne latérale est caractérisée par un pilier structurel qui part du garde-boue avant, en inclinant la forme comme s’il s’agissait d’un coupé tangentiel à l’essieu avant central.
Le pilier longitudinal a une fonction structurelle et se termine dans la partie arrière comme support de l’ouverture du capot relié au spoiler qui s’ajuste automatiquement en fonction des besoins aérodynamiques.
Le pare-brise enveloppant passe sous les piliers et protège l’habitacle des flux d’air de retour.
« La caractéristique est exactement cette ligne qui s’incline comme s’il s’agissait d’un coupé, donc une structure qui relie harmonieusement l’avant à l’arrière avec l’unicité de ce pare-brise qui passe sous cette structure », explique Giugiaro.
Dans l’ensemble, on peut noter un entrelacement de lignes qui se ferment à la fois à l’avant et à l’arrière, créant optiquement un double mouvement croisé.
Les phares avant sont logés sur le capot à l’extérieur du profil latéral, ce qui met en évidence la ligne du garde-boue, pour ensuite monter verticalement sur la structure avec un style continu et linéaire, « embrassant » optiquement tout l’avant.
Cela crée son identité très particulière, les phares verticaux en forme d’éclair abritent les feux de circulation diurne positionnés aux extrémités de la ligne qui servent également de clignotants qui montent jusqu’au pare-brise.
L’avant comporte deux entrées d’air qui descendent sur les côtés ; le capot est caractérisé par une sortie d’air et deux reliefs des passages de roue qui composent la sculpture du capot.
Les porte-à-faux sont courts et effilés, soulignant les passages de roue tangents aux pneus.
Le panneau horizontal « éclair » se trouve également à l’arrière dans les feux, conformément au style des feux avant.
Les sorties d’air arrière permettent une sortie totale des passages de roue et du reste du châssis.
L’entrée d’air à l’avant de la roue, qui dépasse sur le côté, se développe dans la partie supérieure pour devenir un spoiler/aile, qui enferme étroitement le panneau latéral dans son développement arrière.
La configuration de la voiture est dédiée à l’esprit sportif et à l’individualité du conducteur par rapport au passager car ils n’ont même pas de contact optique.

 

Le Design Intérieur
L’accès à l’intérieur se fait par les portes ciseaux entièrement automatisées.
L’intérieur est caractérisé par un élément structurel qui divise et délimite la zone du conducteur par rapport au passager, un pont structurel, un tunnel traversant surélevé.
La position de conduite est réglée en déplaçant la colonne de direction et le pédalier dont les commandes se trouvent sur le tunnel central.
Le volant de type cloche est équipé d’un écran tactile permettant au conducteur d’intervenir sur toutes les fonctions de la voiture, de la navigation à l’info-divertissement en passant par les commandes du véhicule.
L’instrumentation située au-dessus de la colonne de direction donne les informations et la visualisation des deux caméras latérales.
Il s’agit d’un intérieur complètement « sans interrupteurs ».
Les sièges innovants en carbone et en cuir sont fixes, mais la hauteur et le dossier sont réglables.
Un faisceau lumineux continu souligne la conception du tableau de bord, donnant un éclairage interne unique.
L’utilisation de matériaux nobles comme le cuir et de technologies comme la fibre de carbone permet d’alléger la voiture et de la rendre plus sportive.

 

Bandini
L’histoire des voitures Bandini était jusqu’à présent indissolublement liée aux exploits d’Ilario Bandini, un artisan romagnol animé par sa passion pour les voitures, pour les courses et par cette angoisse créative toute italienne visant à l’incessante mise à jour et amélioration du produit. Un soin maniaque et « paternel » qui a transformé chacune des 75 voitures produites en coffres à trésors pleins d’anecdotes traversant l’histoire et l’évolution technique des voitures de course biplaces, de 1946 à 1992.
Une Barchetta Bandini 750 sport international du Musée des Mille Miglia sera exposée au stand GFG Style, une voiture qui a participé à la dernière édition des plus célèbres courses sur route en 1957.
Aujourd’hui, Bandini Automobili s.r.l., grâce à Michele, l’arrière-petit-fils du fondateur, est une réalité qui, après une longue période consacrée à la réorganisation financière, conceptuelle et industrielle, revient sur la scène de la production de voitures de sport en série limitée, qui savent aiguiser l’appétit de saisir une roue.

Category:

Exposants 2021